Le deuil

« Le corps est un endroit sur et dans lequel toutes les émotions vécues par la personne s’inscrivent, telle une mémoire biologique… »

Perdre un être cher est une épreuve éprouvante physiquement et psychiquement qui peut entraîner de multiples perturbations parmi lesquelles:

  • Troubles du sommeil, de l’appétit
  • Intense fatigue physique et psychique
  • Infections diverses dues à une diminution de l’immunité
  • Difficulté de concentration
  • Instabilité émotionnelle
  • Anhédonie
  • Repli sur soi
  • Tristesse intense, idées noires parfois suicidaires
  • Etat anxieux
  • Troubles digestifs
  • Déconnexion du corps
  • Agitation
  • Tremblements
  • Maux de tête, migraines
  • Tensions musculaires, douleurs dorsales, cervicalgies
  • Troubles de la vue, de l’audition
  • Perte ou prise de poids
  • Oppression thoracique, palpitations
  • Nausées
  • Sensations de froid (pieds, mains, corps), sudation excessive
  • Perturbations dermatologiques
  • Atteinte de l’estime de soi

Le plus souvent, le soutien proposé est psychologique. Le corps est encore trop souvent le grand oublié du processus de deuil alors même qu’il est une porte essentielle d’accès à la douleur psychique.

Tristesse, colère, culpabilité, agressivité, angoisse, anxiété, sentiment de trahison, rage, amertume, frustration, peur, insécurité, vécu dépressif, solitude, soulagement, ambivalence… sont parmi les états émotionnels traversés durant un deuil.

Nous ne sommes pas formés à être à l’écoute de nos émotions.

Vivre les émotions du deuil peut faire peur. Mais c’est justement parce qu’elles sont violentes que ces émotions ont besoin d’être libérées pour relâcher la pression. Le seul fait de ressentir vos émotions vous donne accès à vos besoins. Et les vivre en conscience libère l’énergie nécessaire à votre reconstruction.

Recevoir des soins holistiques qui apaisent le corps et l’esprit va vous aider à mieux traverser cette période bouleversante de votre vie. A aller d’une perte du connu vers un nouvel équilibre, de nouveaux repères, un nouveau sens même si cela vous semble aujourd’hui impensable, inenvisageable…

Le deuil périnatal

Le décès d’un bébé qu’il soit in-utero, à l’accouchement ou dans les jours qui suivent sa naissance est un drame qui implose tous les repères des parents et les catapulte avec une violence inouïe dans un processus de deuil complexe.

En faisant ainsi effraction dans un moment de la vie aussi particulier que la grossesse ou/et la naissance, la mort vient percuter de plein fouet le corps vivant, fondement de notre être.  

Comment expliquer l’inexplicable, comment partager l’impartageable quand tout votre être hurle le désespoir d’une séparation définitive contre-nature ? Comment être reconnu quand la société préfère ne pas être contaminée par votre souffrance ?  Comment ne pas avoir peur d’être englouti.e par un tsunami d’émotions nées de ce traumatisme qui laisse une empreinte non seulement psychique mais aussi corporelle ?

Le deuil périnatal est un traumatisme, une rupture d’équilibre interne majeure qui entraîne un état émotionnel intense d’allure dépressive : anxiété, culpabilité, honte, sentiment d’injustice, colère, angoisse, peur, rage, colère, angoisse… Le corps des parents (et des mamans en particulier) est morcelé, noué, meurtri, dissocié.

Toucher l’extérieur pour accéder à l’intérieur

Pour accompagner les mamans et les papas endeuillés à se reconnecter à leurs corps éprouvés, je propose un toucher shiatsu bienveillant, attentif, sans jugement où chaque personne est reconnu(e) dans sa souffrance la plus intime.

Cette notion du plus loin, du plus élevé, du mystérieux, de l’insaisissable créant un pont simple et humain entre soi et l’autre pour l’accompagner dans sa (re)connexion à son éprouvé est, de mon point de vue, essentiel au Shiatsu.

Alors que, dans les sociétés occidentales, nous ne sommes pas ou peu éduqués à contacter nos émotions ou à discerner ce qui se passe dans notre corps, le toucher du shiatsu permet aux parents endeuillés d’accéder en conscience à leurs émotions et au chaos qu’ils vivent pour mieux traverser leur deuil.


%d blogueurs aiment cette page :