GAËLLE GUINY  Shiatsu | Accompagnante du deuil | Deuil périnatal | Déblocage émotionnel

gaelle guiny doctolib

Le shiatsu dans les hôpitaux

A l’instar de nombreuses pratiques complémentaires (acupuncture, Qi Gong, hypnose, massage…), le shiatsu a fait son entrée dans une vingtaine de services des hôpitaux de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP).

 « Cette pratique vise à apporter un complément, voire un réconfort aux patients qui sont en souffrance »

Sophie Jamet, infirmière diplômée en rééducation vestibulaire.

« Notre but est d’identifier quels traitements peuvent être efficaces en intégrant la médecine chinoise à la prise en charge conventionnelle », souligne le Dr Catherine Viens-Bitker, chargée de cette question à la direction de la politique médicale de l’AP-HP.

« Cela peut être très utile en prévention secondaire des maladies chroniques, poursuit-elle. J’ai suivi une femme atteinte d’un cancer du sein en chimiothérapie. Elle avait des picotements très forts au bout des doigts, de fortes douleurs dans les mains, et perdait ses ongles. Après une séance de shiatsu et de l’acupuncture, la douleur a disparu, les picotements sont devenus gérables et elle n’a plus perdu ses ongles », explique Maxime Rigobert, praticien de shiatsu.

Le pédiatre Frédéric Sorge proposait, lorsqu’il était à Saint-Vincent-de-Paul, d’apprendre aux parents adoptifs à toucher leurs enfants avec la technique du shiatsu. Il souhaite poursuivre l’expérience à l’hôpital Necker.

Extrait du Journal Le Monde du 11/10/2011.