GAËLLE GUINY  Shiatsu | Accompagnante du deuil | Deuil périnatal | Déblocage émotionnel

gaelle guiny doctolib

Shiatsu

« La détente de l’ensemble du corps produit une catharsis et une détente du subconscient »
Endo Ryokyo

Le shiatsu est une pratique corporelle d’origine japonaise à base de pressions digitales (shi = doigt, atsu = pression) réalisées le long des méridiens d’acupuncture. Ces méridiens sont des circuits qui sillonnent l’ensemble du corps et dans lesquels circule notre énergie vitale.

Le shiatsu que je pratique est le Sei Shiatsu Dô « la voie du shiatsu sincère » de l’Ecole de Shiatsu Thérapeutique de Paris.

Dans ce style aux racines taoïstes inspiré du Koho shiatsu, l’examen du pouls diagnostic « Myakushin » est central.

Il permet de prendre connaissance de l’état général du receveur et de la qualité de sa circulation énergétique.

demonstration de gaelle guiny

Le shiatsu participe à rétablir les déséquilibres des grandes fonctions de l’organisme.

Il permet de résorber les tensions installées dans le corps pour retrouver un équilibre harmonieux corps/esprit grâce à la régulation des flux que le stress, les chocs, les excès, les émotions peuvent dérégler.

En favorisant la libre circulation de ces flux, le système immunitaire se trouve renforcé. Il est alors plus apte à résister aux agressions extérieures.

Les bienfaits du shiatsu

Le shiatsu agit sur l’ensemble des corps physique, émotionnel, psychique.

En stimulant le corps dans son ensemble, le shiatsu vise à rétablir l’équilibre de la circulation énergétique et a de multiples actions sur l’ensemble des systèmes qui compose votre organisme. Notre corps est une merveille d’intelligence composée de différents systèmes qui coopèrent en permanence (systèmes nerveux, circulatoire, hormonal et musculaire)

Le shiatsu agit sur le système nerveux autonome.

Le système nerveux autonome régit l’ensemble des processus qui nous maintiennent en vie sans qu’on en ait conscience à partir des milliers d’informations qui nous arrivent chaque seconde que ce soit de l’extérieur comme de l’intérieur. Il contrôle par exemple la tension artérielle, le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire, la température corporelle. Il est constitué de nerfs et de la moelle épinière.

Le shiatsu des 2 côtés de la colonne vertébrale, dans la région cervicale et au niveau du bulbe rachidien participe au bon fonctionnement du système nerveux autonome.

Le système nerveux autonome est composé d’une branche sympathique et d’une branche parasympathique. Le système sympathique agit sur l’organisme comme un accélérateur. Ainsi en état de stress, tout votre corps se met en alerte et prêt à réagir. Dans nos vies, le stress à tendance à sur-stimuler ce système. Une fois l’alerte passé, le système parasympathique agit, lui, comme un ralentisseur pour permettre à l’organisme de revenir à l’état de base et ralentir les fonctions vitales.

Il entre en action lors des périodes de repos et de sommeil en particulier. Notre équilibre physique, hormonal, neurologique, immunitaire etc.. dépend de l’action équilibrée et complémentaires de ces deux systèmes. Il est prouvé que le shiatsu favorise l’apaisement du système orthosympathique et stimule le système parasympathique et donc un meilleur fonctionnement sur système nerveux autonome.

Après une séance, vous ressentirez une baisse du stress, une réduction des tensions nerveuses et de votre état de fatigue.

Le shiatsu stimule la peau

Le corps est contenu dans une peau vibrante, vivante. La peau protège, expose, transmet, contient. Elle reflète nos émotions et notre état physiologique. Rappelons que la peau et le système nerveux central ont une même origine embryonnaire : l’ectoderme.

Il y a donc transfert d’informations de la peau vers le cerveau et inversement du cerveau vers la peau. Avec pas moins de 2.500 récepteurs par centimètre carré rien qu’au niveau de la pulpe des doigts, la peau a été comparée à un cerveau étalé, par le neurobiologiste JeanPierre Changeux.

Toucher la peau

Ce sens du toucher -premier sens à se développer dans l’utérus à huit semaines de grossesse- dont l’organe sensoriel est la peau, est fondamental à la survie de l’Homme.

Dans notre société, le toucher est encore majoritairement réservé à la sphère intime. Or différentes études cliniques ont démontré l’intérêt du toucher attentif dans l’amélioration de la qualité de vie, du bien-être ressenti et de la diminution du stress.

Le système limbique, qui joue un rôle important dans les émotions, est altéré par le stress, l’anxiété, la peur, les chocs émotionnels… Relié aux nerfs autonomes, il est directement influencé par le toucher.

Le Shiatsu impacte donc « toute la personne anatomique ».

Le shiatsu stimule la circulation de tous les fluides corporels

Le corps humain est composé en majorité de liquides (eau, sang, lymphe, liquides organiques, plasma..) qui transportent des nutriments, de l’oxygène ou qui expulsent les déchets des cellules.

Il est reconnu que les pressions du shiatsu stimulent la circulation des fluides corporels participant ainsi à une meilleure alimentation des tissus et des organes.

Le shiatsu intervient sur le système endocrinien (ou hormonal)

Le système endocrinien ou hormonal est formé de l’ensemble des glandes endocrines dont les sécrétions vont directement dans le sang.

Peut-être connaissez-vous certaines d’entre elles telles que l’hypophyse, la thyroïde/parathyroïdes, le thymus, le pancréas, l’hypotalamus, l’épiphyse, les glandes surrénales ou encore les gonades (ovaires et testicules).

Chaque cellule de notre corps, à chaque instant, est influencée par les molécules hormonales qui communiquent avec le système nerveux et le système immunitaire. Le système hormonal est donc très influencé par les émotions.

Par son action (apaisante ou stimulante en fonction des besoins) sur le système nerveux et le relâchement de tensions physiques et psychiques, le shiatsu participe à réguler le système hormonal et favorise le bien-être.

Le shiatsu stimule l’action digestive

Le système digestif a pour fonction de digérer les aliments et de les redistribuer là où l’organisme le demande.

Ce système est composé de plusieurs organes qui sont influencés par le système nerveux. Ainsi en cas de stress, il peut y avoir un ralentissement du transit intestinal ou bien la bouche sèche par exemple.

Quand au tube digestif, il contient une centaine de millions de neurones indépendantes du cerveau (on parle de 4ème cerveau) et est sous l’influence directe des émotions.

En agissant sur le système nerveux comme vu plus haut, le shiatsu participe donc à avoir un système digestif en meilleure santé. Par ailleurs, les pressions en shiatsu permettent de mieux irriguer les muscles et favorisent la détente musculaire par la chaleur du contact. Cette détente préserve la structure osseuse en limitant les tensions musculaires.

L’important, c’est vous

Vous l’aurez compris, les bienfaits santé et bien-être du shiatsu
sont reconnus et multiples.

Stimulation des défenses de
l’organisme

Soulagement des
douleurs articulaires, lombaires,
cervicales…

Décontraction, détente et confort général

Atténuation des déséquilibres hormonaux

Réduction du stress, anxiété, surmenage, dépression

Apaisement des maladies
de peau

En complément de la médecine conventionnelle, le shiatsu peut soulager les effets secondaires de la chimiothérapie et avoir un effet bénéfique sur des personnes touchées par les maladies dites « de civilisation » (fibromyalgies, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques, maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson…).

A noter

• Le shiatsu n’a pas pour fonction d’établir un diagnostic au sens occidental du terme ni d’effectuer un pronostic sur l’évolution d’une maladie.

Remboursement mutuelles

• Les séances de shiatsu sont remboursées par certaines mutuelles. Renseignez-vous auprès de la vôtre.

Contre-indications

• Fièvre

• Infection en cours d’infection

• Phlébite

• Problèmes cardiaques

• Pacemaker.

Le shiatsu est l’une des 8 approches alternatives reconnues en Europe comme
« médecine non conventionnelle digne d’intérêt » par une résolution du Parlement Européen votée en 1997.